Chroniques de la ferme

< Retour

13 juillet 2013

Jardiner en phase avec nos écosystèmes

La permaculture au jardin. Photo Milkwooders (Creative Commons)

La permaculture au jardin. Photo Milkwooders (Creative Commons)

Connaissez-vous la permaculture?

Complexe à définir, mais si simple comme principe de base, la permaculture est d’abord et avant tout une philosophie de culture en phase avec son environnement. Observons la nature, inspirons-nous d’elle et cultivons sans nuire à l’environnement. Parmi certains des principes fondateurs de cette éthique du jardinage, soulignons la réduction au maximum des déchets, donc le compostage, la mise de l’avant de ressources renouvelables (récupération d’eau de pluie par exemple), favoriser les solutions économiques, faire preuve de patience, et favoriser la biodiversité dans son jardin.

Par cette manière de penser et de vivre l’agriculture, on peut aussi intégrer le concept de jardin autofertile, soit un potager presque sans entretien et pouvant subvenir à vos besoins. « En effet, le potager deviendrait un organisme vivant en soi, se régulant seul tout en augmentant sa productivité de manière naturelle. Avec quelques concepts de base empruntés à la permaculture, notamment la proximité d’une source d’eau et une construction de départ appropriée, la production de fruits et de légumes deviendrait une tâche ultra simplifiée. » (source : potagersdantan.wordpress.com)

Dans ce type de potager, souvent constitué de buttes, des vivaces comestibles sont requis, question de maintenir le jardin année après année. Vous pouvez aussi  y planter des légumes annuels naturellement. De petites entreprises comme Croque Paysages (croquepaysage.com) ou Écomestible (ecomestible.com) peuvent d’ailleurs vous offrir des conseils à ce sujet et des catalogues de plantes parfaites pour la permaculture et le potager autofertile. Platebandes comestibles et compagnie, vivez ainsi mieux avec votre environnement.

Chrysanthème à couronne, parfaitement comestible!

Chrysanthème à couronne, parfaitement comestible!

Plusieurs plantes vivaces sont d’ailleurs comestibles, pourquoi ne pas en profiter : asperges, thym serpolet, fraises, pommiers, monarde, hémérocalles, plusieurs fines herbes, etc.

Un type d’aménagement à considérer et qui doit se voir comme un investissement sur l’environnement qui nous est « prêté » sur cette Terre. Prenons-en soin et elle nous le rendra au centuple!


Véronique Lemonde   Accédez à mon parcours »