Chroniques de la ferme

< Retour

14 juillet 2014

L’abondance dans son jardin-forêt!

Beacon Food Forest est un projet forestier nourricier de 7 acres à Seattle.

Beacon Food Forest est un projet forestier nourricier de 7 acres à Seattle.

Imaginez pouvoir se nourrir dans une belle forêt derrière sa demeure ou dans les terres d'une forêt urbaine et publique! C'est un peu le pari des jardins-forêts ou forêts comestibles. Concept vieux comme le monde, le jardin-forêt permet sur une superficie tout de même restreinte de fournir une production alimentaire variée et nécessitant peu de travail. C'est dans les temps préhistoriques, le long des rives couvertes de jungle, des cours d'eau et dans les contreforts humides des régions à mousson que les jardins-forêts prirent leur origine. Au fur et à mesure que les familles aménageaient leur environnement immédiat, des espèces utiles d'arbres et de vignes furent identifiées, protégées et améliorées, alors que les espèces indésirables étaient éliminées. Les meilleures espèces furent alors sélectionnées et incorporées à ces jardins. Encore aujourd'hui, les vergers familiaux du Mexique ou les jardins familiaux du Kerala en Inde, constituent la preuve que cette utilisation du sol a toujours sa raison d'être. Dans les années 60, c'est le Britannique Robert Hart qui raffina le concept de jardin-forêt en distinguant 7 couches végétales propices à sa conception. Il s'agit des grands arbres fruitiers, des arbres nains et arbustifs comme les arbres à noix par exemple, des buissons (mûres, cassis, framboisiers...), des herbacées (légumes et fines herbes), des plantes racines, des plantes couvre-sol comme les fraisiers et des couches verticales (vignes grimpantes).   jardins-forêts 2 Aujourd'hui, quiconque possède une petite parcelle de terre pourrait espérer bien nourrir sa famille avec ce concept qui amène abondance sans trop de travail éreintant. Récemment, la Beacon Food Forest de Seattle en est l'exemple le plus frappant avec son magnifique jardin-forêt public. Une initiative qui emprunte largement aux prémisses de la permaculture. Avec le jardin-forêt, on maximise l’espace, le soleil, l’eau et les nutriments du sol. Le mélange de plusieurs espèces, la protection du sol et la richesse de la biodiversité limitent les maladies. On tire aussi parti du fait que toutes les espèces n’ont pas besoin en même temps du soleil ou des nutriments. « La forêt comestible produit essentiellement des fruits, elle garantit que nous ne mourrons pas de faim. Pour compléter, il peut être intéressant de faire pousser des plantes annuelles : des légumes, des céréales, des herbes aromatiques. Et cela n’est pas réservé aux personnes qui ont un jardin, des plantes en pots, on peut en mettre partout », précise Juan Anton More, un Espagnol qui a fait de ce concept le combat de sa vie. Une manière d'utiliser le sol qui porte à la réflexion!

Véronique Lemonde   Accédez à mon parcours »