Chroniques de la ferme

< Retour

17 juin 2013

Sauver les abeilles, une ruche à la fois!

Les abeilles et les ruches  font régulièrement les manchettes ces dernières années. Encore la semaine dernière, dans l’hebdomadaire de la région de Beloeil, L’Oeil Régional, on soulignait que des insecticides utilisés pour les champs de maïs auraient un effet mortel sur les abeilles. Plusieurs apiculteurs de la région du Richelieu sont d’ailleurs aux prises avec des taux de mortalité d’abeilles très élevés. Est-ce la fin de l’apiculture pour autant?

 Je ne crois pas, car ces dernières révélations et la crainte de voir disparaître les abeilles, insectes essentiels à la pollinisation des légumes et des petits fruits, rendent l’apiculture plus populaire que jamais. Entre les poules en ville et l’agriculture urbaine, posséder ses propres ruches en milieux urbains ou semi-urbains semble un passe-temps qui intéresse de plus en plus de citoyens. La ville pourrait même devenir un refuge pour les abeilles, selon Éric Duchemin, professeur associé à l’Institut des sciences de l’environnement à l’UQAM. « En campagne, l’utilisation de pesticides et d’engrais chimiques est très importante. De plus, certaines régions pratiquent la monoculture, ce qui donne moins de nourriture pour les abeilles. À Montréal, il y a une grande biodiversité et les pesticides sont interdits. »

 Bon, moi qui habite à la campagne, devrais-je donc me résoudre à abandonner l’idée d’avoir des ruches un jour? Je garde tout de même espoir, car les consciences s’éveillent de plus en plus sur l’importance de préserver ces petites bêtes primordiales à notre biodiversité et à notre survie alimentaire.

 Pour l’heure, si vous avez le goût de vous lancer dans l’aventure de l’apiculture, rien de plus facile! Des formations d’initiation à l’apiculture sont données régulièrement par l’organisme Miel Montréal (mielmontreal.com) et par Apiculture Patenaude, à St-Ignace de Stanbridge (apiculture-pour-tous.com). Les Collectifs régionaux en formation agricole (formationagricole.com) répertorie aussi des formations apicoles disponibles un peu partout au Québec.

ruche abeille

The Beehaus disponible à omlet.us .

Imaginez avoir ce type de ruche design dans votre cour! Tout est possible! 

Apiculture Patenaude suggère aux débutants intéressés à se lancer dans cette aventure d’acheter un nucléis plutôt qu’une ruche entière. « Comme il contient au moins la moitié moins d’abeilles, le nucléis est un choix préférable pour les débutants. De cette façon, l’apiculteur amateur est plus à même de suivre le stade de développement de la colonie. Il ne sera pas obligé d’être immédiatement prêt pour une grosse récolte de miel. » Vous pouvez aussi vous rendre à Bedford, chez F.W. Jones, pour vous procurer du matériel apicole. (fwjones.com)

 Je rêve, encore et encore… un jour peut-être, mon miel, mes ruches!


Véronique Lemonde   Accédez à mon parcours »