Chroniques de la ferme

< Retour

18 juin 2014

2014 : Année de l’agriculture familiale!

Quelques rangées d'ail au Domaine Valton Osiris à Saint-Mathias-de-Richelieu. Photo Véronique Lemonde

Quelques rangées d’ail au Domaine Valton Osiris à Saint-Mathias-de-Richelieu. Photo Véronique Lemonde

L’année 2014 a été nommé Année internationale de l’agriculture familiale par l’Assemblée générale des Nations Unies. Grâce à cette année thématique, on espère valoriser l’agriculture familiale, car elle contribue notamment à la diminution de la pauvreté, au progrès de la sécurité alimentaire et à la protection de l’environnement.

Lorsque nous pensons à l’agriculture familiale, nous pensons bien entendu à ces fermes québécoises tenues de main de maître, souvent depuis plusieurs générations. Bien sûr, plusieurs détracteurs vous diront que l’agriculture familiale n’est plus ce qu’elle était, au Québec comme ailleurs, avec la venue de multinationales intégratrices, les problèmes environnementaux, les difficultés inhérentes au transfert de ferme à un enfant et au manque de relève.

Cependant, tout n’est pas noir au royaume des fermes familiales d’ici. En effet, depuis maintenant deux ans, en juin, je réalise un cahier spécial sur les familles agricoles de la Montérégie. Nous faisons également un cahier sur la relève agricole en février. Sous forme de portraits, j’ai ainsi la chance de rencontrer à chaque fois des familles aux bases solidement implantées, des fermes historiques et une relève allumée. Non, tout n’est pas noir au pays des fermes familiales et il faut en parler de ces réussites, du travail et des efforts déployés par ces familles pour conserver ce riche héritage agricole.

Dans notre dernière édition qui est parue le 5 juin, j’ai eu le bonheur de discuter avec une variété de familles agricoles inspirantes. Frère et soeur, Billy et Cindy Beaudry à Saint-Valérien-de-Milton se lancent dans la culture de l’edamame; une cinquième génération se dessine pour la ferme Au Coq du Village à Saint-Pie; le popcorn bleu de la ferme Tullochgorum fait état de l’originalité d’un couple d’Ormstown; en quête de qualité de vie, la famille Lalande-Patenaude a suivi son instinct avec Les Alpagas des Hauts Vents (Havelock). Toutes des histoires différentes, mais toutes de belles histoires! Je me sens très privilégiées de rencontrer ces familles.

Un producteur d’oeufs d’incubation de Saint-Liboire, Gaétan Phaneuf, a eu cette phrase qui résume très bien, à mon sens ce que signifie agriculture familiale :

« L’agriculture familiale, c’est de permettre à nos enfants de participer à notre quotidien ».

Plus qu’un métier, c’est surtout un mode de vie!

Vous pouvez feuilleter l’ensemble du cahier Nos familles agricoles – Montérégie en cliquant ici.


Véronique Lemonde   Accédez à mon parcours »